Vous êtes ici

Variabilité des symptômes chez les patients atteints de BPCO

P.-R. Burgel*, C. Arveiller-Carvallo, P. Chanez

Impact clinique


La prise de conscience que les symptômes respiratoires peuvent être variables au cours de la journée ou de la semaine pourrait inciter à proposer aux patients un traitement personnalisé. Une recrudescence des symptômes le matin ou la nuit suggère l’intérêt de proposer un traitement des symptômes à la demande, afi n d’agir directement sur le symptôme actuel. Cette stratégie est largement employée chez les patients asthmatiques, et la plupart des patients suivis pour une BPCO disposent d’un bronchodilatateur de courte durée d’action en cas d’augmentation de la symptomatologie.

Les études récentes de Partridge [8] et Kessler [5] semblent indiquer que la recrudescence des symptômes a lieu le matin pour la majorité des patients (Fig. 1 et 2). Il semble donc important que les traitements à visée symptomatique soient actifs à ce moment de la journée. étonnamment, Kessler et al. constatent que les patients modifi ent fi nalement peu leurs habitudes de traitement (en particulier le moment de leur prise) en fonction de leurs symptômes [5]. Les bronchodilatateurs de longue durée d’action (anticholinergiques et/ou bêta-2-agonistes de très longue durée d’action) sont les traitements symptomatiques de référence chez les patients atteints de BPCO. Leur action bronchodilatatrice est constatée dans les 10 à 30 minutes suivant la prise et se maintient 12 à 24 heures (selon les molécules). L’effet de la modulation (comparaison des classes thérapeutiques, durée d’action, horaire de prise) de ces différents traitements sur la variabilité nycthémérale des symptômes et sur la qualité de vie des patients n’a, à ce jour, pas fait l’objet d’études systématiques.

Figure 1. Réponses de patients BPCO à la question : À quel moment de la journée vos symptômes sont gênant ? (a : dyspnée, b : expectoration, c : toux, d : sifflement) [5].
Figure 1. Réponses de patients BPCO à la question : À quel moment de la journée vos symptômes sont gênant ? (a : dyspnée, b : expectoration, c : toux, d : sifflement) [5].

 

Figure 2. Variabilité des symptômes sur le nychthémère (reproduit d’après [8]).
Figure 2. Variabilité des symptômes sur le nychthémère (reproduit d’après [8]).

Auteurs correspondants


*Auteur correspondant.
Adresse e- mail : pierre-regis.burgel@cch.aphp.fr (P.-R. Burgel).

Auteurs


P.-R. Burgel1*, C. Arveiller-Carvallo2, P. Chanez3

1Pneumologie, Hôpital Cochin, AP-HP, 27 rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75679 Paris Cedex 14
2Service de pneumologie, Hôpital Foch, 40 rue Worth, 92151 Suresnes
3Activités ambulatoires Thorax, Hôpital Nord, AP-HM,chemin des Bourrelly, 13015 Marseille

Liens d'intérêts


  • P.-R. Burgel : Board, conseil (Almirall, Novartis, Nycomed) ; Actions de formation, conferences (AstraZeneca; Boerhinger- Ingelheim, Pfi zer, Nycomed, Novartis, GSK, Chiesi).
  • C. Arveiller-Carvallo : aucun.
  • P. Chanez : P. Chanez a fourni des activités de conseil (Almirall, BI, Centocor, GSK, MSD, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough) ; a siégé aux comités consultatifs (Almirall, BI, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva , Chiesi, Schering Plough, MSD) ; a reçu des honoraires de conférencier (Almirall, BI, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough, MSD) ; a reçu des subventions (Almirall, Boston BI scientifi que, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough).