Vous êtes ici

Variabilité des symptômes chez les patients atteints de BPCO

P.-R. Burgel*, C. Arveiller-Carvallo, P. Chanez

Facteur de variabilité chez le patient BPCO


Les manifestations phénotypiques de la BPCO sont très hétérogènes et des descriptions de phénotypes classiques (pink puffers vs blue bloater) ont été effectuées il y a plus de 60 ans. Des études plus récentes ont confi rmé la variabilité de l’expression clinique de la BPCO qui est en partie associée à la variabilité des symptômes chez différents patients (Fig. 4) [12]. Les patients ayant une bronchite chronique associée à la BPCO ont plus d’exacerbations que ceux qui n’ont pas de bronchite chronique [13].


Figure 4. Diagramme de Venn illustrant la variabilité des manifestations phénotypiques chez les patients atteints de BPCO (d’après [12]).

Les comorbidités qui sont fréquentes chez les patients atteints de BPCO peuvent participer à la variabilité des symptômes. Les manifestations respiratoires (toux, dyspnée) peuvent être favorisées par une atteinte rhino-sinusienne (rhinite et/ou sinusite chronique, polypose naso-sinusienne), dont la prévalence est probablement sous-estimée chez les patients BPCO. La dyspnée peut comporter une composante d’origine cardiaque, l’insuffi sance cardiaque gauche étant fréquente dans cette population.

La variabilité des symptômes dans la BPCO pourrait aussi être en partie expliquée par les variations de la pollution intérieure et extérieure. Hansel et al. ont mesuré la pollution intérieure chez des patients suivis pour une BPCO [14]. La pollution intérieure comprenait l’exposition aux nanoparticules (dont les fumées de cigarette) et le NO2. Une exposition importante à la pollution intérieure était associée à une majoration du risque d’exacerbation de BPCO et à une symptomatologie quotidienne plus importante. Une autre étude confi rme le lien entre l’importance des symptômes et l’exposition à la pollution intérieure [15]. La pollution extérieure peut avoir des conséquences sur la fonction respiratoire des patients. Outre la pollution atmosphérique, les changements climatiques pourraient également participer à une détérioration de la qualité de vie des patients atteints de BPCO avec une recrudescence des exacerbations ou simplement une accentuation de la symptomatologie de fond. Certaines études suggèrent que la lutte contre la pollution extérieure et contre le réchauffement climatique est aussi importante que la lutte contre le tabagisme [16].

Auteurs correspondants


*Auteur correspondant.
Adresse e- mail : pierre-regis.burgel@cch.aphp.fr (P.-R. Burgel).

Auteurs


P.-R. Burgel1*, C. Arveiller-Carvallo2, P. Chanez3

1Pneumologie, Hôpital Cochin, AP-HP, 27 rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75679 Paris Cedex 14
2Service de pneumologie, Hôpital Foch, 40 rue Worth, 92151 Suresnes
3Activités ambulatoires Thorax, Hôpital Nord, AP-HM,chemin des Bourrelly, 13015 Marseille

Liens d'intérêts


  • P.-R. Burgel : Board, conseil (Almirall, Novartis, Nycomed) ; Actions de formation, conferences (AstraZeneca; Boerhinger- Ingelheim, Pfi zer, Nycomed, Novartis, GSK, Chiesi).
  • C. Arveiller-Carvallo : aucun.
  • P. Chanez : P. Chanez a fourni des activités de conseil (Almirall, BI, Centocor, GSK, MSD, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough) ; a siégé aux comités consultatifs (Almirall, BI, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva , Chiesi, Schering Plough, MSD) ; a reçu des honoraires de conférencier (Almirall, BI, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough, MSD) ; a reçu des subventions (Almirall, Boston BI scientifi que, Centocor, GSK, AZ, Novartis, Teva, Chiesi, Schering Plough).