Vous êtes ici

Variabilité des symptômes de la BPCO : la variabilité du « stimulus »

T. Similowski,*, M. Decavèle

Variabilité des symptômes dans la BPCO : introduction et généralités


La BPCO est une maladie chronique fréquente caractérisée par une obstruction bronchique partiellement réversible, un remaniement progressif des voies aériennes s’associant à de nombreuses manifestations et comorbidités extrarespiratoires sous-tendues par une infl ammation systémique des bas grades [1]. En passe de devenir la 3e cause de mortalité dans le monde [2], elle représente un enjeu de santé publique majeur et l’un des principaux objectifs thérapeutiques en est le contrôle des symptômes [2]. Les plaintes fonctionnelles les plus fréquemment rencontrées sont la dyspnée d’effort, la toux et les expectorations. Plus que l’exploration fonctionnelle respiratoire, l’évaluation clinique des symptômes revêt une importance capitale, d’une part, dans le diagnostic précoce de la maladie [3,4] et, d’autre part, dans l’évaluation des effets thérapeutiques [5]. En dehors des périodes d’exacerbations, la BPCO est longtemps restée considérée comme une maladie relativement stable d’un jour à l’autre et, malgré l’existence de variations circadiennes de l’obstruction bronchique chez le sujet sain, le fumeur et le sujet BPCO [6-11], la dyspnée de la BPCO est souvent décrite comme une expérience sensitive persistante et progressive [2]. Cependant, en pratique, les patients atteints de BPCO décrivent souvent une alternance entre des « bons jours » et des « mauvais jours », et de plus en plus de travaux mettent en évidence une variabilité de la dyspnée non seulement d’un jour à l’autre mais encore au cours d’une journée donnée [12].

Auteurs correspondants


*Auteur correspondant.
Adresse e- mail : thomas.similowski@psl.aphp.fr (T. Similowski).

Auteurs


T. Similowski1,*, M. Decavèle2

1Service de pneumologie et réanimation médicale, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Charles Foix ; ER 10 UPMC Neurophysiologie respiratoire expérimentale et clinique ; Université Paris 6, Pierre-et-Marie-Curie Paris, France
2DES pneumologie Ile-de-France, DESC réanimation médicale ; Service de pneumologie et réanimation, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47-83 boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France

Liens d'intérêts


  • T. Similowski a perçu de la part d’Almirall France une rémunération pour la préparation du séminaire duquel cet article est dérivé et sa participation à ce séminaire. Il a été rémunéré par ailleurs par Almirall France pour sa participation à un comité d’experts constitué à propos du bromure d’aclidinium (Eklira®), et en tant que conseiller scientifi que indépendamment de ce groupe d’experts. Il a participé à une réunion internationale organisée par Almirall Corporate. Par ailleurs, il a perçu au cours des cinq dernières années des honoraires ou fi nancements pour participation à des congrès, communications, actions de formation et de conseil, des groupes d’experts, travaux de recherche, de la part des laboratoires/entreprises AstraZeneca France, AstraZeneca Corporate, Boehringer- Ingelheim France, GlaxoSmithKline France, Medapharma, Menarini, MSD France, Novartis Pharma France, Novartis Corporate, Pierre Fabre, Pfi zer France. M.
  • Decavèle a declaré n’avoir aucun lien d’intérêts pour cet article.